Fermer
Fermer
Image de couverture

On agit : restaurer la 'Rue des Cascades' de M. Delbez

20e arrondissement Belleville/Ménilmontant Version restaurée
  • Partager
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Commenter

Publié le 12 avril 2017
Par : Forum des images

C’est une histoire belle comme au cinéma qui se trame en ce moment du côté de Celluloid Angels (première plateforme de financement participatif pour restaurer les films de patrimoine) et de la SND. Un défi de taille mené contre le temps, la disparition, l’oubli, et pour les beaux yeux du 7ème art : celui de la restauration du film de Maurice Delbez, Rue des Cascades (aussi connu sous le titre Un gosse de la Butte), tourné en 1963 dans les quartiers de Ménilmontant et Belleville.

Un film populaire et poétique

En 1963, Madeleine Robinson, Daniel Lefèvre, Daniel Jacquinot et Serge Nubret sont les héros de ce Paris populaire au cœur duquel les problèmes liés au racisme étaient déjà bien présents. Peinture de l’enfance, portrait de femme et de l’amour, Rue des Cascades mêlait l’épopée de la jeunesse à une photographie qui, captant ces petits riens de la vie quotidienne, avait quelque chose en commun avec les clichés de Robert Doisneau.

Les défis de la restauration

On doit à Celluloid Angels le sauvetage des Tontons Flingueurs et de La Belle Marinière (avec Jean Gabin). Associée à la SND pour faire renaître de ses cendres le film de Maurice Delbez, la plateforme entend également organiser une belle réunion de famille autour de ce projet en rassemblant (et ce n’était pas forcément chose aisée) l’équipe du film pour assister, bientôt on l’espère, à une nouvelle projection.

Campagne et mobilisation

En attendant de pouvoir admirer la toute nouvelle version de Rue des Cascades sur grand écran, les différents acteurs de ceprojet et autres amoureux du cinéma, mais aussi du quartier de Belleville se mobilisent. Les agences immobilières mais aussi les organisateurs des très en vogue balades dans la capitale (Paris par rues méconnues) donnent un coup de main pour rassembler des fonds. Et chacun peut apporter de son côté sa petite (ou grosse) pierre à l’édifice en participant à la campagne de financement de cette restauration. Une belle manière d’entrer dans l’histoire du cinéma !