Fermer
Fermer
Anecdote

Annie Girardot

25, place des Vosges (4ème)

Image de couverture

4e arrondissement Acteur/trice Au gré des rues Déambulation Les adresses de Marais Paris Impromptu Rambuteau/Place des Vosges Rétro Secret Vivre à Paris
  • Partager
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Commenter

Par : Forum des images

Amours tumultueuses sous les arcades

Inoubliable Nadia aux côtés d’Alain Delon dans Rocco et ses frères, de Luchino Visconti (1961), Annie Girardot a toujours été très attachée à la place des Vosges et à ses alentours. Un quartier qu’elle chérit jusqu’à ses derniers jours.

Elle s’y installe en effet dès 1961 avec son époux, Renato Salvatori (rencontré sur le tournage du film de Visconti), le père de sa fille Giulia. À cette époque écrit-elle, « les logements dans ce quartier ne coûtaient rien. Avant de devenir l’un des endroits les plus chics de la capitale, c’est un lieu sombre et presque à l’abandon. Je m’installe dans un magnifique duplex donnant sur l’entrée du jardin. C’est le début d’une grande histoire d’amour avec un appartement qui me colla au corps et à l’âme comme nul autre, qui fut mon nid, pendant près de vingt ans, lieu de tous les plaisirs, de ma solitude, de ma retraite. Et dont je dus me séparer bien plus tard avec une douleur qui ne s’est jamais apaisée. » (Partir, revenir, les passions vives, Editions Le Cherche midi, 2003).

Annie-Girardot-place-des-vosges

Annie Girardot à la fenêtre de son appartement, place des Vosges

Mourir d’aimer ? Mourir là où l’on a aimée ?

L’actrice était alors réputée pour être une croqueuse d’hommes se dirigeant toujours vers des partenaires agressifs. Elle connaîtra effectivement aux abords de la place des Vosges des passions destructrices. D’abord victime de violences conjugales avec Renato Salvatori, dont elle refusa toujours de divorcer, c’est durant sa relation avec Bob Decout qu’elle quitte les lieux. Elle fut en effet contrainte d’hypothéquer les lieux pour faire face à leur problème d’argent.

 

La fin de sa vie, Annie Girardot la passa donc à quelques encablures de là, rue du Foin. En somme, le Marais et la place des Vosges s’imposent incontestablement comme son histoire d’amour la plus durable.