Fermer
Fermer
Fleche vers le bas
Concept-art réalisé pour le film Un monstre à Paris Éric Bergeron, 2011 Voir plus

Selection

Paris dans le cinéma d'animation

Paris vu par
Animation Comédie musicale contre regard Découverte studio Walt Disney
  • Partager
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Commenter

Par : Forum des images

Source d’inspiration et décor de tournage rêvé pour les réalisateurs du monde entier, intarissable sujet d’analyse pour le cinéma documentaire, Paris est également la toile de fond de plusieurs dessins animés, marquant ainsi l’imaginaire des spectateurs dès leur plus jeune âge. 

 

À l’occasion des fêtes de fin d’année, moment précis où les enfants sont rois et où fleurissent sur les écrans les dernières créations des studios d’animation, retour sur quelques films du genre qui nous font découvrir la ville différemment.

Paris Flash

Humour et détournement des stéréotypes

Albert Champeaux et Pierre Watrin, 1958

 

La journée touristique d’un provincial à Paris. Ce dessin animé parodie avec humour une vision stéréotypée de la capitale. Parmi les lieux représentés, on peut notamment apercevoir les Champs-Élysées, la Butte Montmartre et la Place du Tertre, une cave de Saint-Germain-des-Prés et bien sûr, le métro !

 

En savoir plus

Paris Flash

Les Aristochats

Ambiance jazz et Belle Époque

Wolfgang Reitherman, Walt Disney Pictures, 1970

 

Dans le Paris de la Belle Époque, une aristocrate qui adore ses chats souhaite leur léguer sa fortune. Son valet ne l’entend pas de cette oreille et capture les animaux chéris pour les abandonner dans une campagne perdue. Du coup, chats de salons et chats de gouttières s’associent pour combattre le méchant cupide. Dans la bonne humeur, les félins se motivent en jouant du jazz sur les toits de la capitale ! Les pinceaux animés de Walt Disney peignent un joyeux classique dont la chanson du générique est chantée par Maurice Chevalier.

 

En savoir plus

Tout le monde veut devenir un cat - Les Aristochats

Le méchant loup et le petit chaperon rouge

Une grand-mère parisienne, une chaperon moscovite

Garri Bardine, 1990

 

Un petit chaperon rouge moscovite doit traverser l’Europe pour porter à sa grand-mère parisienne son gâteau préféré. Mais gare au méchant loup ! Une version comique et sarcastique du célèbre conte de Perrault. Conçu comme une comédie musicale pastichant les airs les plus connus, ce dessin animé soviétique, réalisé avec des personnages en pâte à modeler, a reçu le Grand prix du film d’animation au Festival d’Annecy en 1991.

 

En savoir plus

Le méchant loup et le petit chaperon rouge

Mickey, Donald, Dingo : Les 3 mousquetaires

Un pour tous et tous pour un

Donovan Cook, Walt Disney Pictures, 1993

 

Mickey, Donald et Dingo rêvent de rentrer au service du roi en tant que mousquetaires, mais le capitaine de la garde, Pat Hibulaire, les juge incompétents. Cependant, quand la princesse Minnie manque d’être assassinée, elle demande que sa protection soit renforcée. Pat, qui complote secrètement contre elle, engage alors les trois amis, espérant que leur maladresse cause la perte de la princesse.

Les trois mousquetaires

Le Bossu de Notre-Dame

Quasimodo, Esmeralda et les gargouilles

Gary Trousdale et Kirk Wise, Walt Disney Pictures, 1995

 

Paris au XVe siècle. Quasimodo, le sonneur de cloches de la cathédrale de Notre-Dame (4e), frappé de difformité subit les brimades constantes de son maître, l’infâme juge Frollo. Seule une belle bohémienne nommée Esméralda témoigne de la compassion au jeune homme disgracieux… Une libre adaptation du célèbre roman de Victor Hugo. Les concepteurs de ce film d’animation issu des studios Disney ont étudié durant de nombreux mois la cathédrale de Notre-Dame à Paris afin d’en restituer les moindres détails.

 

En savoir plus

Le Bossu de Notre-Dame

La vieille dame et les pigeons

Cette mamie qui aimait les drôles de volatiles

Sylvain Chomet, 1996

 

Pour profiter des faveurs (et du garde-manger) d’une vieille dame amoureuse des pigeons, un gardien de la paix famélique se déguise en oiseau. Primé dans de nombreux festivals, ce dessin animé presque sans paroles met en scène des personnages hauts en couleurs, qui s’expriment par borborygmes, dans le décor de rues de Paris enneigées ou d’appartements pittoresques. On aperçoit par ailleurs le Champ de Mars, les pieds de la Tour Eiffel, les rues et escaliers de Montmartre et une terrasse de café. Une merveille du cinéma d’animation traditionnel, où se mêlent avec bonheur humour et émotion.

 

En savoir plus

La vieille dame et les pigeons

Anastasia

De l’Opéra Garnier au Pont Alexandre III, la princesse Russe et Raspoutine à Paris

Don Bluth et Gary Goldman, 20th Century Fox, 1997

 

Au début du XXe siècle, en Russie, l’infâme Raspoutine lance un sortilège contre la dynastie du Tsar. La révolution éclate alors et seule la princesse Anastasia parvient à échapper à la mort. Alors que sa grand-mère, qui a réussi à gagner la France, demande à un chasseur de primes de la retrouver et de la conduire à Paris, Raspoutine s’acharne contre la jeune fille devenue amnésique. La scène d’arrivée à Paris de l’héroïne est une scène musicale qui présente des Parisiens en tricot de corps rayés inspirés aussi bien des tableaux impressionnistes que de l’esthétique de Jean-Paul Gaultier. La scène finale a lieu au pont Alexandre III. Raspoutine, le magicien, y anime les chevaux des statues ornementales et les lance sur ses ennemis.

 

En savoir plus

Paris Holds the Key to your Heart - Anastasia

Tous les I de Paris s'illuminent

Paris By Night

Guillaume Casset, 1999

 

Dans les rayons endormis d’un grand magasin, et jusque sur les toits surplombant Paris illuminé, un chat et un veilleur de nuit se disputent l’amour d’un buste de couturière qui rêve de devenir une femme. À mi-chemin entre l’enchantement du conte de fées et un univers fantastique plus inquiétant, ce court métrage d’animation réunit en une étonnante comédie musicale des marionnettes désarticulées, auxquelles Rachel Des Bois, M et Arthur H prêtent malicieusement leur voix.

 

En savoir plus

Tous les I de Paris s'illuminent

Marcellin Caillou

Petits défauts et grande amitié

Claude Allix, 2001

 

Un très délicat dessin animé, tiré d’une œuvre de Sempé. Tons pastels, poésie et humanisme, tout l’univers du dessinateur du « Petit Nicolas » se retrouve dans cette très fidèle adaptation, fable sur l’amitié et la différence. Marcellin Caillou est un petit garçon qui devient écarlate pour un rien, tout le temps. Pour cette raison, il est très solitaire. Jusqu’au jour où il rencontre René Rateau : lui, ce sont ses éternuements intempestifs qui l’embêtent… Les deux enfants deviennent inséparables, et puis la vie les sépare jusqu’à ce que le hasard (et leur petit défaut) leur permette de se retrouver, adultes…

 

En savoir plus

Marcellin Caillou

Verte

Tu seras une gentille sorcière

Serge Elissalde, 2002

 

À Montmartre (18e), une petite fille prénommée Verte refuse de devenir une sorcière comme sa mère Ursule et sa grand-mère Anastabotte. Jusqu’au jour où elle décide de tout faire, en utilisant ses dons et en lançant des sortilèges, pour retrouver son père qu’elle n’a jamais connu. Un film d’animation haut en couleurs dont le récit d’initiation explore avec malice les questions de l’héritage et de la filiation dans des décors parisiens ensorcelés (les toits de Paris depuis la Butte Montmartre, les Abbesses, le Sacré-Cœur, la rue Saint-Vincent, le métro aérien).

 

En savoir plus

Verte

Les triplettes de Belleville

« À Paris à vélo, on dépasse les autos »

Sylvain Chomet, 2005

 

À Paris, sans doute dans les années 50. Madame de Souza a recueilli son petit neveu, Champion, toujours triste. Remarquant un jour sa passion pour le cyclisme, elle lui fait suivre un entraînement acharné, à tel point qu’il se retrouve coureur au Tour de France. Mais pendant la course, il est enlevé par deux mafiosi. Madame de Souza décide alors de traverser les mers pour retrouver son neveu… C’est le premier long métrage de Sylvain Chomet, qui s’était fait remarquer avec son court La Vieille Dame et les Pigeons.

 

En savoir plus

Bande-annonce Les triplettes de Belleville

Ratatouille

Hommage à la gastronomie française

Brad Bird, 2007

 

Rémy est un jeune rat passionné par la grande cuisine. Des péripéties l’entraînent dans les égouts du restaurant de luxe d’Auguste Gusteau. L’arrivée d’un jeune cuisinier inexpérimenté avec lequel il se lie d’amitié lui donnera l’occasion d’exercer ses talents. Hommage à l’univers des grands chefs cuisiniers et surtout à Paris, ce joli film d’animation nous emmène du quartier des Halles (et la boutique spécialisée dans la « destruction des animaux nuisibles » au 8 rue des Halles) au Pont au Double (près de Notre-Dame) où Rémy et Alfredo concluent leur pacte. Le restaurant Chez Gusteau est directement inspiré de la Tour d’Argent, l’un des plus vieux établissements d’Europe, situé non loin de là dans le 5ème arr. On n’oubliera pas non plus la vue sur la Tour Eiffel depuis les toits de Paris et les virées dans les égouts.

 

En savoir plus

Bande-annonce, Ratatouille

Une vie de chat

Chat, ch’est Paris !

Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli, 2010

 

Le chat Dino mène une double vie. Le jour, il ronronne sur les genoux de sa maîtresse Zoé, une petite fille triste et muette depuis la disparition tragique de son papa. Mais la nuit, il rejoint Nico, un cambrioleur, dans le bâtiment voisin. Ensemble, ils courent les toits de Paris et commettent des vols acrobatiques. Alors que la mère de Zoé, commissaire de police, enquête sur ces cambriolages nocturnes, la fillette est kidnappée par Costa, un affreux mafioso épris d’art africain, soupçonné d’être à l’origine de la mort de son papa. Émaille de nombreux clins d’œils cinématographiques, ce film d’animation original, polar poétique aux couleurs et éclairages délicats sur fond de tragédie familiale et tueur psychopathe, est le premier long métrage du duo Alain Gagnol/Jean-Loup Felicioli, co-auteurs de nombreux courts-métrages.

 

En savoir plus

Une vie de chat

Un monstre à Paris

Paris en 1910

Eric Bergeron, 2011

 

ans le Paris inondé de 1910, un insecte mutant, étrangement musicien-chanteur, sème la panique. Traqué sans relâche par le redoutable préfet Maynott, il trouve refuge à « L’Oiseau Rare », un cabaret où chante Lucille, la star de Montmartre… Un film d’animation 3D de Bibo Bergeron, co-réalisateur de « Gangs de requins ». Le scénario emprunte à Souvestre et Alain (Fantômas), Gaston Leroux, Jacques Tardi ou Jules Verne, dans un Paris sépia et rétro. Vanessa Paradis et Mathieu Chedid prêtent leurs voix aux deux héros dans une fiction ponctuée de faits historiques réels (crue de la Seine, inauguration du funiculaire de Montmartre)

 

En savoir plus

La Seine - Un monstre à Paris