Fermer
Fermer
Anecdote

Bogart & Bacall

À Paris

Image de couverture

Humphrey Bogart et Lauren Bacall dans un café à Paris, 1950

© Droits réservés

Américain à Paris cinéphile Histoire du cinéma Hollywood Humphrey Bogart
  • Partager
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Commenter

Par : Forum des images

« Paris is for lovers. Maybe that’s why I stayed only 35 minutes » réplique Humphrey Bogart à Audrey Hepburn dans Sabrina (Billy Wilder, 1954) alors qu’elle tente de le convaincre, en connaissance de cause, que Paris est l’endroit parfait pour surmonter une déception sentimentale et voir la vie en rose. Et puis, c’est dans Casablanca qu’Humphrey Bogart promet « We’ll always have Paris » à la belle Ingrid Bergman avant d’être séparés dans un inoubliable moment de cinéma.

Mais si le couple Bergman-Bogart et cette scène du film de Curtiz sont aujourd’hui mythiques, à la ville, c’est avec Lauren Bacall qu’Humphrey Bogart formait un couple considéré comme modèle à Hollywood. Ainsi en 1951, sous l’œil d’une caméra, ils se promènent ensemble dans Paris, s’amusent avec un agent de police et vont dîner avec d’autres vedettes du cinéma.

Onze jours après que le divorce d’avec sa troisième femme soit prononcé, il épouse Lauren Bacall. Ils se sont rencontrés sur le tournage du film Le Port de l’angoisse (Howard Hawks, 1944) dans lequel l’alchimie entre les deux acteurs est palpable. Il a 45 ans, elle en a 20, il la surnomme « Baby » et ne furent séparés que par la mort de Bogart en 1957.

 

J'étais aveuglée par Bogie, je n'arrivais pas à penser à quelqu'un d'autre, à autre chose. Tout ce que je voulais, c'était être avec lui. (...) Si je voulais une carrière désespérément, d'accord, il m'aiderait, mais il ne m'épouserait pas. Je lui ai fait la promesse de faire passer notre vie de couple avant. Et c'est ce que j'ai fait.

Lauren Bacall à propos d’Humphrey Boggart

Hommage et clin d'oeil

Quelques années plus tard, Jean-Luc Godard rend hommage au film noir dans À bout de souffle (1960). Flânant dans Paris, Jean-Paul Belmondo observe le portrait de Bogart, icône du romanesque hollywoodien, et reproduit son fameux geste du pouce sur le doigt s’inscrivant alors dans un héritage du cinéma que l’acteur américain représente. Paris et le cinéma auront toujours Humphrey Bogart…