Fermer
Fermer
Fleche vers le bas
Salon Indien du Grand Café Voir plus

Reportage

La première séance de cinéma

Retour en images
Classique Frères Lumière Grand Café Histoire Histoire du cinéma Rétro Vieux Paris
  • Partager
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Commenter

Par : Forum des images

Nous sommes le 28 décembre 1895, dans le Salon Indien du Grand Café, au 14, boulevard des Capucines, dans le 9ème arrondissement. Une mystérieuse affiche orne la devanture de cet brasserie de luxe. Peu de gens le savent encore à ce moment, mais un grand événement se prépare…

Le Grand Café de Paris, 14 bouevard des Capucines (9ème), vers 1900

Le Grand Café de Paris, 14 boulevard des Capucines (9ème), vers 1900

Situé au sous-sol du Grand Café, le très cosy Salon Indien accueille en effet un fait pour le moins historique : la première projection cinématographique publique (payante) de l’Histoire !
Pour les badauds à l’extérieur, le mystère reste néanmoins entier : l’affiche n’est en effet guère éloquente et peut-être ne soupçonnait-on encore pas le tournant qui était alors en train de se jouer. Mais pour la trentaine d’aventureux qui ont osé débourser la somme de 1 Franc requise, c’est la stupeur. Parmi eux, quelques personnages de marque : le directeur des Folies Bergères (qui aurait aimé accueillir l’évènement, pas rancunier donc), celui du Musée Grévin… sans compter un certain Georges Méliès !

Affiche de la première séance publique de cinéma

Affiche de la première séance publique de cinéma

Toutefois, contrairement à ce que l’on veut bien dire, L’arrivée d’un train de La Ciotat ne figurait pas au programme de la soirée. Parmi les dix courts métrages retenus pour l’occasion figuraient les aujourd’hui très célèbres Sortie des usines Lumière à Lyon et L’arroseur arrosé (à l’époque intitulé Le Jardinier) mais aussi Le Repas de bébé. Stupéfaction, émerveillement : devant les spectateurs incrédules, les images prennent enfin vie. Tous les journalistes invités par les deux frères avaient refusé l’invitation : bien mal leur en a pris.

crédits Institut Lumière

Le premier programme du Cinématographe au Grand Café, 28 décembre 1895

Crédits : Institut Lumière

Les frères Lumières lors de la projection au Salon Indien du Grand Café, le 28 décembre 1895.

Les frères Lumières lors de la projection au Salon Indien du Grand Café, le 28 décembre 1895.

Après plusieurs échecs personnels, le malchanceux Georges Méliès n’en croit alors pas ses yeux. Auprès des frères Lumière, il tente donc sa chance et cherche à investir dans cette formidable invention dont il perçoit déjà tout le potentiel. « Elle n’est pas à vendre ! », lui aurait alors répondu Auguste, encore persuadé que ce projet ne les mènerait nulle part, sinon à la ruine. Les jours suivants lui donneront cependant tort.

À ce spectacle, nous restâmes tous bouche bée, frappés de stupeur, surpris au-delà de toute expression. À la fin de la représentation, c’était du délire, et chacun se demandait comment on avait pu obtenir pareil résultat.

Georges Méliès

Et le miracle fut !

Car ce soir du 28 décembre 1895, la magie a bien opéré. Et finalement, pour Louis et Auguste Lumière, le miracle s’est produit. Très vite en effet, grâce au bouche-à-oreille, la nouvelle circule dans tout Paris. La file d’attente s’allonge devant le Grand Café qui, en moins d’une semaine, remplit aisément et ce plusieurs fois par jour sa salle de 120 places… jusqu’à atteindre les 2 500 spectateurs quotidiens ! Un travail sans relâche pour le projectionniste.

 

Une nuance doit toutefois être apportée. Si l’on retient la date du 28 décembre 1895 comme celle de la première projection cinématographique, c’est parce qu’elle fut la première… publique (et payante, on l’a compris). En effet, c’est en réalité le 22 mars de la même année que se déroula la première vraie diffusion d’images animées. Réservée à un nombre très restreint de professionnels, elle eut lieu dans les locaux de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale (place Saint-Germain, 6ème arrondissement). Passée sous silence, réservée à une élite, l’Histoire ne l’aura pas vraiment retenue, et c’est heureux pour le Salon Indien du Grand Café.

LA PLAYLIST DE LA PREMIÈRE PROJECTION PUBLIQUE