Fermer
Fermer
Anecdote

Maurice Tourneur :

De Paris à Hollywood Boulevard

Image de couverture

Années 30 Hollywood Le saviez-vous Maurice Tourneur
  • Partager
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Commenter

Par : Forum des images

Maurice Tourneur (2 février 1876, Paris – 4 août 1961, Paris) fait partie de ces malheureux réalisateurs que l’histoire du cinéma a tendance à reléguer un peu trop vite aux oubliettes. Et pourtant…

 

Du muet au parlant, de la France aux États-Unis, il a malgré œuvré sur près de quatre décennies et s’impose, à bien y regarder, comme l’un des plus importants cinéastes de l’avant-guerre. Mais plus que le public français, ce sont finalement les producteurs et distributeurs américains qui lui témoignèrent la plus juste reconnaissance. À son arrivée aux États-Unis en 1914, les dirigeants de la World Picture le placèrent même au rang des meilleurs cinéastes du moment : jusqu’en 1918, il tourna en moyenne un film toutes les quatre à six semaines !

maurice-tourneur-portrait

En 1918, aux États-Unis, il était considéré l’égal d’un Cecil B. DeMille ou d’un D. W. Griffith.

Christine Leteux, spécialiste du cinéma de Maurice Tourneur

Rien d’étonnant donc à ce que Maurice Tourneur, bien qu’encore trop méconnu en France, fasse partie des quelques personnalités françaises canonisées par Hollywood. Sur le Walk Of Fame d’Hollywood, célébrissime constellation de près de 2 500 étoiles, il est l’un des Frenchies à avoir son nom gravé, aux côtés des acteurs/trices Maurice Chevalier, Sarah Bernhardt, Leslie Caron ou bien des frères Lumière. Une bien jolie reconnaissance quand on sait que rares sont les réalisateurs français qui ont marqué de leur sceau l’un des trottoirs les plus visités au monde. En cherchant bien, vous pourrez éventuellement tomber, pas très loin, sur Jean Renoir. Le rendez-vous est donc donné au n°6243 Hollywood Boulevard !

maurice_tourneur_walk_of-fame_hollywood-boulevard

On vous recommande :

Trilby, réalisé par Maurice Tourneur en 1915.
Trilby, modèle de trois amis anglais, peintres vivant au Quartier Latin, est sous l’emprise de Svengali, un hypnotiseur qui veut faire d’elle une cantatrice célèbre. Adaptée du roman de George du Maurier, ce film fut réalisé aux États-Unis. Aujourd’hui rarissime, il recrée – en studios – un Paris bohème tout en grâce et poésie.