Fermer
Fermer
Fleche vers le bas
Premier tramway électrique à Paris, 1913 Crédits : Archives RATP Voir plus

Reportage

L'histoire mouvementée

du tramway parisien

Transformations
Évolution Grand Paris Île-de-France Rétro Transports Vintage
  • Partager
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Commenter

Par : Forum des images

Alors qu’il était pourtant présent de 1892 à 1937 à Paris, le tramway électrique a ensuite disparu pendant plus de cinquante ans avant de réapparaître en 1992 en banlieue parisienne. Les cinéastes, déjà intéressés au début du siècle par celui que l’on surnomme quotidiennement « le Tram », n’ont toutefois pas attendu que celui-ci retrouve Paris intra-muros pour le filmer sous tous ses angles.

Dès la fin du XIXe siècle, la circulation dans Paris est devenue problématique. Ainsi, après avoir fait ses preuves aux États-Unis, l’utilisation du tramway hippomobile – un véhicule roulant sur des rails mais tiré par des chevaux –  s’importe en France. Mais jugé trop lent et onéreux, les ingénieurs tentent d’autres systèmes : les bêtes cèdent vite leur place à la traction mécanique, avant que la vapeur ne soit elle-même remplacée par le tramway électrique tel que nous connaissons, résolument plus performant. En 1873, les quelques deux millions de Parisiens pouvaient ainsi, au gré de leurs envies, parcourir la capitale et sa région grâce à un fort honorable réseau de pas moins vingt-deux lignes.

Objet de fascination

Comme le métro, le tramway a, dès son apparition dans la capitale, suscité l’intérêt et l’engouement des cinéastes. Dans les premiers films du début du siècle, on apprécie notamment l’incroyable évolution technique qu’il représente. On se passionne également pour la place que le tramway prend progressivement dans la ville ainsi que pour les transformations et modernisations urbaines que son arrivée et son essor engendrent.

Ainsi, dans ses Études sur Paris (1928), le documentariste André Sauvage s’émerveille du surprenant ballet que provoque la cohabitation du nouveau venu avec les véhicules variés déjà présents sur les chaussées que sont notamment les voitures, les charrettes à cheval et autres bicyclettes.

Études sur Paris, André Sauvage (1928)

Mais toute cette modernité n’est pas sans danger. En effet, s’il arrive quelques fois que certains wagons déraillent dans les virages (Au temps des tramways parisiens, réalisation anonyme), le plus grand drame fût certainement celui vécu au quotidien par les Parisiennes, dont les chaussures se coinçaient dans les rails (Des pieds et des mains, Gaston Ravel, 1915).

 

Alors, en 1932, après plusieurs sauvetages de dames prises au piège, la décision tombe : les tramways devront être supprimés à Paris et dans les villes de banlieue. En mars 1937, le tramway parisien intra-muros effectue ainsi son dernier parcours.

Paris – Cours de Vincennes – 15/03/1937

Paris, Cour de Vincennes. Dans la nuit du 14 au 15 mars 1937, le dernier tramway de la capitale est supprimé.

Crédits : Collection RATP

Néanmoins, après la crise du pétrole de 1974, la RATP pense à réhabiliter le tramway électrique. Après avoir traduit l’émoi face aux tramways d’antan, les images deviennent donc des outils de promotion. Le groupe produit ainsi le documentaire Conduire un tramway… en 1925 (Max Damain, 1977) où, par la mise en parallèle d’images d’archives avec des séquences contemporaines filmées dans différentes capitales européennes, elle cherche par exemple à présenter et à défendre les évolutions et modernisations du tramway.

Essai transformé quelques années plus tard : dès 1985, Nantes est en effet la première ville française à adopter cette nouvelle solution, suivie de près par Grenoble en 1987.

Il faudra tout de même attendre 1992 pour que le « Tram » s’installe de nouveau aux portes de Paris, entre Saint-Denis et Bobigny, puis entre La Défense et Issy-les-Moulineaux en 1997. Un parcours truffé d’embuches et de rebondissements avant que le tram parisien ne devienne celui que l’on connaît aujourd’hui… résumé dans un spot dont seule la RATP a le secret !

Depuis les années 2000, et a fortiori depuis les années 2010, on n’arrête plus le tramway parisien ! De retour aux portes de la capitale après un bel accroissement en banlieue, le réseau actuel voit les choses en grand.

 

Améliorer le transport d’un bout à l’autre de l’Île-de-France, offrir aux utilisateurs un meilleur voyage, connecter les lignes existantes entre elles… le tramway étend progressivement son maillage et gagne petit à petit une place de premier choix dans le cœur des Franciliens. Une conquête qui doit une fois de plus beaucoup à ces spots publicitaires qui accompagnent les projets de développement… et qui ne laissent personne indifférent !

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

LE TRAMWAY AVANT

Au temps des tramways parisiens, réalisation anonyme, documentaire, 1925, 29min

Conduire un tramway... en 1925, de Max Damain pour la RATP, documentaire, 1977, 14min

Des pieds et des mains, de Gaston Ravel, fiction, 1915, 17min

En attendant l'automobile, de Jean-Jacques Sirkis, documentaire, 1976, 13min

Etudes sur Paris, de André Sauvage, documentaire, 1928, 1h15min

Harmonies de Paris, de Lucie Derain, documentaire, 1927, 28min

L'Exposition des arts décoratifs de 1925 à travers les actualités Gaumont, sélection Forum des images, actualités, 1924-1925, 16min

Paris et ses environs, opérateurs Lumière, 1896-1899, 28min

 

LE TRAMWAY AUJOURD'HUI

Douce France, de Malik Chibane, fiction, 1995, 1h35min

Garouste et Bonetti, de Colette Ouanounou, documentaire, 2000, 13min

Les passagers, de Jean-Claude Guiguet, fiction, 1998, 1h32min

Le tram, mode de ville, de Olivier Julien, documentaire, 1994, 13min