Fermer
Fermer

Obsèques nationales de Paul Langevin (1946) et de Frédéric Joliot-Curie (1958)

documentaire, 1946, muet, noir et blanc, 13min

Collection Ciné-Archives, Collection Paris Île-de-France

  • Partager
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Montage de rushes en noir et blanc tournés lors des cérémonies d’obsèques nationales de Paul Langevin, le 21 décembre 1946 et de Frédéric Joliot-Curie, le 19 août 1958.
La cérémonie d’obsèques présentée dans la première partie du document semble être celle de Paul Langevin. Le cercueil est exposé, au milieu de couronnes de fleurs, sous un drapeau tricolore. Hommes et femmes défilent pour rendre un dernier hommage au défunt. Un hommage funèbre a ensuite lieu dans la Cour d'honneur de la Sorbonne en présence d’officiels, d’universitaires et de proches. A la fin de la cérémonie, tous se lèvent. Le cercueil est porté par les employés des pompes funèbres et suivi par le cortège. Cette première partie s’achève sur un plan de la foule massée devant l'entrée du cimetière puis suivant le corbillard pour assister à l'enterrement.
La seconde partie du document rend compte des obsèques de Frédéric Joliot-Curie.
Quelques plans montrent des hommes et des femmes faisant la queue dans la rue des Ecoles pour entrer dans la Sorbonne, défilant devant le cercueil de Joliot-Curie et signant les registres.
La dernière séquence se déroule à Sceaux. Dans les rues de la ville, le cortège funèbre avance : le corbillard est précédé par un immense portrait de Frédéric Joliot-Curie. Certains participants portent des drapeaux ou des gerbes de fleurs. Une fanfare joue de la musique. On aperçoit Benoît Frachon. Un dernier hommage est rendu à l'intérieur du cimetière. Le cercueil est exposé devant le portrait de Frédéric Joliot-Curie.

Paul Langevin, physicien nommé professeur de Physique générale et expérimentale en 1909 au Collège de France puis, en 1926, directeur de l’école de physique et de Chimie, s’est engagé politiquement tout au long de sa vie : dans l’entre-deux guerres, il s’affirme en tant qu’homme de gauche, pacifiste et antifasciste. En 1944, il entre au PCF.
Frédéric Joliot-Curie, élève de Paul Langevin, a obtenu le prix Nobel de Chimie avec Irène Joliot-Curie (fille de Pierre et Marie Curie) en 1935 pour leur découverte de la radioactivité artificielle. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Frédéric Joliot-Curie entre dans la Résistance et devient membre du PCF. A la Libération, il est nommé directeur du Centre national de la recherche scientifique puis haut-commissaire à l'énergie atomique en 1946, poste dont il sera révoqué en avril 1950 en raison de son engagement dans le Mouvement de la Paix.
Ce document a été restauré par les Archives Françaises du Film du Centre National de la Cinématographie, Ministère de la culture.

Visible en salle des collectionsVenir en salles des collections

Médias

Générique

Medias



Générique

Titre français

Obsèques nationales de Paul Langevin (1946) et de Frédéric Joliot-Curie (1958)

Coauteurs / Collaborateurs

Coauteurs / Collaborateurs

Voix

Voix

Copyright

Copyright

Collection

Collection Ciné-Archives, Collection Paris Île-de-France

Support d'origine

Noir et blanc Muet

Document visible

Document visible