Fermer
Fermer
Anecdote

Les exhibitions

du jardin d’Acclimatation

Image de couverture

Selk'nams (habitants de la Terre de Feu, île de l'extrême Sud du Chili et de l'Argentine) avec Maurice Maître, 1889

Auteur anonyme, domaine public

Exposition Universelle Histoire jardin d'acclimatation Méconnu mémoire Société
  • Partager
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Commenter

Par : Forum des images

Le saviez-vous ? Inauguré le 6 octobre 1860 par Napoléon III et l’Impératrice Eugénie, le jardin d’Acclimatation, situé entre les actuelles portes de Neuilly et des Sablons, s’appelait alors « jardin zoologique d’Acclimatation ».

 

Il avait tout d’abord pour but d’« acclimater, multiplier et répandre dans le public toutes les espèces animales et végétales qui pourraient être introduite [sic] en France et paraîtraient dignes d’intérêt par leur utilité ou par leur agrément. »

Un zoo pour humains

Mais dès 1877, le jardin zoologique se diversifie et s’ouvre à « l’acclimatation anthropologique ». En pleine période de conquête coloniale, la curiosité des Parisiens est logiquement attisée par les coutumes et les modes de vie des peuples étrangers. Nubiens, Boschimans, Dahoméens, Cinghalais, Somaliens, Zoulous et bien d’autres encore sont ainsi exhibés.

 

Avec l’ampleur des Expositions universelles, vouées à glorifier les richesses coloniales des nations, les activités du jardin d’Acclimatation vont donc naturellement péricliter. Le spectacle de ces « hommes venus d’ailleurs » ne prendra définitivement fin qu’avec l’Exposition coloniale de 1931.

 

Réalisé en 2002, le documentaire Zoos Humains signé Eric Deroo et Pascal Blanchard permet de garder en mémoire cette sombre passe d’un parc qui figure aujourd’hui parmi les plus plébiscités par les Parisiens.

Zoos Humains, E. Deroo et P. Blanchard (2002)