Fermer
Fermer
Anecdote

Il était une fois

Le Jardin des Tuileries

Image de couverture

Gravure du jardin du Courrousel en 1895

Domaine public via Library of Congress

1er arrondissement Frères Lumière Histoire Histoire du cinéma Il était une fois La Machine à remonter le temps Louvre/Palais-Royal Paris Métamorphoses Rétro Tuileries (jardin) Vintage
  • Partager
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Commenter

Par : Forum des images

De la vue stéréoscopique au cinéma

Printemps 1896 : les premiers rayons du soleil pointent le bout de leur nez au jardin des Tuileries. Les Parisiens sont au rendez-vous, les frères Lumières aussi. Après avoir filmé la sortie des ouvriers d’une usine lyonnaise, Louis et Auguste décident de filmer la capitale. Ils jettent leur dévolu sur le bassin des Tuileries.

 

À peu de choses près, on retrouve dans ce premier plan cinématographique de la capitale le même cadre et le même type de personnage que dans l’une des « vues stéréoscopiques », ces étranges lunettes qui donnaient une impression de relief et divertissaient les foules en 1895 : celle d’un jeune garçon s’amusant au bord du bassin des Tuileries. Mais l’ambition des deux frères était bien connue : plus qu’une photographie vivante ou en relief, ils réalisent le tout premier film parisien ! En y ajoutant du mouvement et de l’imprévu, les Frères Lumière signent un document testimonial et nostalgique.

Premières images tournées à Paris

Pris sur le vif, ce premier plan filmé dans Paris réserve également son lot de surprises lorsqu’un des jeunes acteurs fait irruption dans le champ de la caméra et reçoit, bien malgré lui, un coup de parapluie… distribué par le cameraman en personne, fâché d’une telle intrusion dans son beau cadrage. Non mais !

 

D’aucuns auraient aisément pu crier au plagiat : la ressemblance est si forte entre le film et la vision stéréoscopique qu’il est difficile d’imaginer que les Lumière ne connaissaient pas cette vue. Ils avaient en tout cas de nombreuses raisons de filmer les Tuileries pour leur premier film parisien : le bassin est élégant, chargé d’une longue histoire, empli d’une atmosphère joviale, avec beaucoup de passage et donc de personnes à filmer. Ce que confirment les images tournées en 2014, pile-poil au même endroit, par un cameraman du Forum des images, en hommage à cette vue originelle. Les techniques ont beau évoluer, la magie d’un lieu, elle, perdure à travers les âges.