Fermer
Fermer
Anecdote

Il était une fois

la Tour Eiffel

Image de couverture

La Tour Eiffel en 1900

Crédits : RMN, Franck Raux

Exposition Universelle Film amateur Histoire Histoire du cinéma Il était une fois Louis Estevez Paris Métamorphoses Rétro Tour Eiffel/Champ de Mars
  • Partager
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Commenter

Par : Forum des images

Louis Estevez, cinéaste amateur

De 1930 à 1960, Louis Estevez, architecte de métier et cinéaste à ses heures perdues, arpente les quatre coins de la capitale. Il se met alors en quête d’impromptus petits moments de la vie culturelle parisienne. Par un beau jour de l’année 1936, alors qu’il filme les lieux qui font la gloire de cette ville qu’il aime tant, Louis Estevez plante sa caméra face à la Tour Eiffel.

Par un panoramique de haut en bas, il révèle la démesure et l’exploit de l’entreprise de Gustave Eiffel. À ce moment, c’est une tour solennelle et déserte, radicalement mystifiée qu’il nous donne à voir. Majestueuse et imposante, la Tour telle que la filme ce cinéaste amateur diffuse une aura qui, aujourd’hui encore, ne laisse pas le spectateur indifférent.

La Tour Eiffel sous toutes les coutures

Depuis ses débuts, la Tour Eiffel n’a jamais cessé d’alimenter les fantasmes des réalisateurs. Cela va des premières vues des frères Lumière en 1897 à Rush Hour III en 2007. Mais il ne faut pas non plus oublier Zazie dans le métro de Louis Malle ou Le loup-garou de Paris d’Anthony Waller. La Dame de Fer captive les cinéastes confirmés, mais également les amateurs, auxquels la série « Paris Métamorphoses » entend rendre hommage.

Filmée à l’identique en 2014 par notre cameraman toujours prêt à relever les petits défis de ces pionniers de l’art cinématographique, la Dame de Fer se fond presque dans le paysage. Si sa présence continue d’impressionner, voire de subjuguer, elle fait aujourd’hui partie de notre quotidien. Noyée dans la masse parisienne, tantôt photographiée par des touristes fascinés, tantôt regardée d’un bref coup d’œil par des habitants accoutumés, la Grande Dame n’a néanmoins rien perdu de sa superbe et trône toujours aussi fièrement sur le Champ de Mars.